Monthly Archives

mars 2012

danseuse
Thailande

Thailande / Résumé en images…

Déjà 3 semaines que nous sommes partis… Le temps passe tellement vite, alors qu’on se souvient des quelques jours avant de partir qui, eux, étaient interminables ! Nous vous proposons pour ce dernier jour en Thailande, un résumé en images de ces 3 semaines, entre les visites de temples, plus beaux les uns que les autres, les cascades pour trouver un peu de fraicheur, les fameux night markets en tout genre, les rencontres avec les enfants si souriants (et les adultes aussi), les balades en scooter, les massages …

A très vite au Laos…

Coworking space Chiang Mai
Coworking space, Thailande

Le coworking en Thailande, alors c’est comment ?

Ca y est, nous avons décidé de quitter Chiang Mai vendredi pour nous rendre à Luang Prabang au Laos après 2 jours de traversée en bateau. Traversée que nous ferons samedi et dimanche, pendant le week-end pour être opérationnels lundi (vous avez vu cette organisation???).

Donc, après avoir passé près de 3 semaines en Thailande en décembre, puis encore 3 semaines à Chiang Mai dans le nord, nous avons fait un peu le tour du coworking en Thailande, oui ça va vite.

Ce qu’il faut savoir en premier lieu, c’est que le gouvernement n’est pas forcément “ouvert” avec les étrangers qui travaillent sur le territoire, résultat le coworking est très peu développé pour ne pas trop éveiller les soupçons sur les milliers de personnes qui travaillent depuis la Thailande pour leur pays d’origine. Ceci est une partie de l’explication, mais la plus grosse partie de l’explication est surtout locale car le web est encore peu développé ici et surtout les métiers autour du web. Résultat les seules personnes qui pourraient être intéressées par des espaces de coworking (car on est bien d’accord qu’à la base il s’agit souvent de personnes issues du web) sont des étrangers et donc c’est le serpent qui se mord la queue, si vous voyez ce que je veux dire ? Ceux qui voudraient avoir des espaces doivent se faire discrets et ceux qui pourraient en ouvrir n’en éprouvent encore pas trop l’envie…

Au final, très peu d’espaces puisque nous n’en avons trouvé qu’un seul à Bangkok et aucun à Chiang Mai qui font partie des plus grandes villes de Thailande. Par contre, de nombreuses rencontres informelles sont faites notamment au moment des Beercamps ou dans des cafés wifi qui pullulent dans les villes.

Certains sont plus prisés que d’autres et notamment ceux qui se vendent comme “coworking space” à l’image de Baan Ped Café. Ce café propose des bureaux à l’année avec la possibilité de passer en journée et de se connecter au wifi, l’ambiance est sympa mais on est loin d’un coworking space comme on l’entend en France par exemple ! C’est ici que nous avons passé deux après-midis pour tourner certaines vidéos dont on vous parlera plus tard.

En résumé, le coworking en Thailande c’est :

- Pas encore développé, même si les idées fusent, rien ne se met en place.

- Des rencontres informelles, quand on creuse un peu on découvre un réseau

- Un Barcamp à Chiang Mai

- Des cafés wifi où il fait bon rester toute l’après-midi avec un chocolat frappé et la clim :)

Et si on en croit l’article “Top 10 coolest offices around the world“, au Laos on devrait trouver quelques cafés sympas (avec une french touch à priori ==>> Croissants nous voilà !!!!)

outofborders
Rencontres

Rencontre avec François en Inde depuis 4 ans

Alors c’est l’histoire d’un français, qui nous a contacté sur Buzz Trotter, qui partait en Australie mais en passant par l’Inde et que nous allons retrouver au Laos pour la fête de l’eau. Vous avez suivi ? Si oui, c’est bien car ici avant de connaitre le prénom des gens, tu connais leur parcours “voyage” ! Bref Clément Esso a pour projet de “confronter les clichés et les idées préconçues des habitants d’une région du monde à ceux d’autres habitants du même monde pour ensuite les partager avec ceux qui ne peuvent en être témoin”. Un beau projet, nommé “Out of Borders” qui va lui permettre de partir à la rencontre des australiens et de leur culture.

Pourquoi nous parlons de Clément aujourd’hui ?

En fait, lors de son passage en Inde, il est allé voir un ami travailleur indépendant depuis plusieurs années là bas. L’occasion pour nous de glisser quelques questions à Clément lors de son interview. Nous avons donc appris que les outils préférés de François, pour travailler à distance, étaient Skype et les mails et que la priorité quand on a des clients à 10 000 km de distance, c’est : la communication et par dessus tout la confiance !

 

Merci à Clément Esso et François Turbelin ;)

carnet de voyage
Outils et astuces de technomades, Thailande

Quand le voyage crée des idées de business

Lorsque nous avions interviewé Christian Baudchon au sujet de son voyage de 400 jours en camping car, il nous avait dit que ce voyage avait été très propice en idées de business ! Des idées qui arrivent quand on est en train de regarder une rizière et qu’on note rapidement sur un bout de papier, des idées qui arrivent dans les transports pendant les longues heures de route, des idées qui arrivent en voyant les gens vivre tout simplement… Bref des idées à tous les coins de rues. J’attendais donc cela avec impatience, comme si le simple fait de partir allait nous aérer le cerveau et nous illuminer tout à coup d’idées nouvelles.

Et bien c’est le cas.

Nous sommes partis depuis 10 jours et déjà mon cahier est rempli d’idées, nous en discutons, les éliminons, les travaillons ou les gardons sous le coude au cas où. Alors certes, pas d’idées révolutionnaires pour le moment mais en tout cas le sentiment que tout est possible et c’est déjà un grand pas. Sortis de notre contexte habituel, de nos inhibitions et de notre confort, nos cerveaux doivent se sentir plus libres d’être créatifs, plus libres d’imaginer et les idées arrivent naturellement plus facilement.

Je n’aurai donc que quelques conseils à vous donner :

- Ayez TOUJOURS un carnet/un papier et un crayon à disposition sur vous. Cela permet de noter un mot, une idée, un contact que vous serez heureux de retrouver demain ou dans 6 mois.

- Ne vous freinez pas, laissez pousser les idées, mettez-y un peu d’eau et voyez ce que cela donne. Si cela ne mène à rien, tant pis, une autre idée apparaitra !

- Soyez attentif à votre nouvel environnement. En voyage, on voit des choses qui nous paraissent normales et d’autres qui nous interpellent, gardez les yeux ouverts, cela pourrait être source d’idée.

- Echangez avec les locaux mais aussi avec les expatriés que vous rencontrez. Souvent ils ont la même vision que vous (occidentalisée) et voient des choses que vous ne verriez pas sans vivre longtemps dans le pays.

Dans tous les cas, le voyage est d’un grand bénéfice pour faire respirer son cerveau. Il permet de prendre du recul et de laisser venir les idées sans préjugé…

Et vous qu’en pensez-vous ?

beercamp
Rencontres, Thailande

Rencontre autour du Beercamp #ChiangMai

On nous avait dit qu’il y avait une communauté assez importante d’expatriés et de freelances établis à Chiang Mai et nous voulions voir ça de nos propres yeux ! Grâce à Stéphane qui suit nos aventures et qui nous a déjà bien conseillé sur la Thailande (encore merci !) nous savions que se déroulait 2 fois par mois, à Chiang Mai, un Beercamp, baptisé ainsi en “hommage” au Barcamp. Sur le principe, il s’agit donc pour des personnes issues de l’informatique et du web de faire des rencontres informelles autour d’une bière, histoire de partager les derniers potins 2.0.

Ni une ni deux, nous nous sommes rendus mercredi 14 mars au Sang Dee un bar/galerie d’art tout à côté de chez nous. Au bout de quelques minutes une tempête s’est levée, baptisée ici Mango Rain et qui a ravagé pas mal les alentours et surtout les arbres. En rentrant nous n’avions d’ailleurs plus d’électricité, ni d’internet c’est pour dire :) Bref, moins de monde que prévu à cause de cette tempête mais une très bonne ambiance où nous avons pu rencontrer surtout (essentiellement même) des américains habitant ici depuis de nombreuses années. Nous avons pu interviewer Rob Burns l’un des organisateurs de ce Beercamp qui a bien voulu répondre à mes questions (désolée pour l’anglais, le stress de la caméra vous comprenez, j’ai du prendre des notes et les lire !!!!). C’était une première fois aussi pour Rob résultat, il ne parlait pas très fort, j’espère toutefois que vous pourrez suivre ! L’interview est très courte pour des raisons techniques, très mauvaise lumière, anglais limité pour ma part dans ce genre de situation et d’autres personnes dans la pièce qui font du bruit. Bref enjoy…

Traduction de l’interview

Julie : Salut Rob, depuis combien de temps es-tu là et que fais-tu dans la vie ?

Rob : Je suis à Chiang Mai depuis 11 ans et je suis programmeur informatique.

Julie : Que viens-tu faire ici et qu’attends-tu du Beercamp ?

Rob : Le Beercamp est organisé pour que des personnes issues de l’informatique puissent se rencontrer. Des développeurs web, des graphistes, des développeurs informatique de Chiang Mai se rencontrent ici et font le réseau. C’est très efficace !

Julie : Le Beercamp se déroule toutes les semaines ?

Rob : Toutes les deux semaines, c’est une opportunité pour rencontrer d’autres personnes.

Julie : Y’a-t-il du monde dans le réseau qui vient ici ?

Rob : Non pas tant que ça, on est en général entre 5 et 30 personnes. Le Beercamp vient du Barcamp, qui lui se déroule tous les ans. La plupart du temps, il y a environ 120 personnes qui s’y rendent.

Julie : Donc il y a un Barcamp à Chiang Mai (cool) et c’était en mars ?

Rob : Non en mai, mai dernier…

Julie : Ah, merci beaucoup !

 

Voilà pour la petite interview en anglais traduite en français. On aurait aimé lui posé plein de questions devant la caméra mais en fait on l’a fait hors caméra, plus facile pour tout le monde. Cela fera partie d’un prochain article sur le coworking à Chiang Mai et les freelances… A bientôt :)