Browsing Category

Corée du Sud

buzz trotter
Corée du Sud

La semaine de la loose en Corée…

Est-ce la barde de Vincent qui a posé problème ?

Est-ce la barbe de Vincent qui a posé problème ?

Après 4 mois et demi de voyage idyllique, voilà qu’en moins d’une semaine tout se casse la figure…

Petit retour en arrière.

1) L’appartement de la loose

Nous avions loué un appartement pour 2 mois en Corée, jusqu’au 15 août, histoire de s’imprégner de la culture et surtout pour se poser et travailler sereinement. Le 14 juillet, nous avons un mail de la locataire à qui nous sous-louons pour nous dire qu’elle s’est trompée sur le contrat et qu’en fait, on doit partir le 15 Juillet et non pas le 15 août. Donc le lendemain. On est dimanche soir, on doit faire nos bagages dans la précipitation et surtout trouver un autre endroit pour nous loger. La panique à bord, récupérer notre mois de loyer, perdre de l’argent en route, s’engueuler avec la fille, stresser, ne pas avoir le temps de travailler… Bref la journée du 15 juillet est complètement dingue. Au final, on trouve une chambre chez un gars qui peut nous garder jusqu’au 13 août. On visite, on signe pour 1 mois, ouf !

 

2) Les cafards dans le frigo

La première nuit, on est pas super à l’aise chez notre hôte, c’est pas super propre, voir même dégueulasse, mais bon. On se dit allez c’est que pour 4 semaines, on peut le faire. Et puis on se dit aussi, attend c’est quand même 4 semaines, si on ne peut pas bosser comme on veut, à quoi bon ? Oui parce que le principe de notre voyage c’est bien de travailler (en déplaise à ceux qui pensent le contraire hein). Le lendemain, le moral commence à baisser d’un cran, je vais chercher quelque chose dans le frigo et là je tombe nez à nez avec un nid de cafards SUR le frigo, voire DANS le frigo. La goûte d’eau qui fait déborder le vase. On décide de partir, mais comment et où ? Le budget commence à filer avec tous ces frais qui s’ajoutent. Nous prenons la décision de partir pour notre moral et notre travail, on paye une nuit au gars en prétextant une allergie subite (aux cafards hûhûhû) et il annule notre résa. On perd encore de l’argent, mais on est soulagé. Plein mois de juillet, impossible de trouver un autre appartement, et les hôtels reviennent trop chers sur cette durée… Faut qu’on trouve un plan B.

 

3) Les chinois et nous

Finalement, un ami de Vincent qui habite à Shanghai et nous dit de venir passer 3 semaines. Il peut nous loger sans souci et on se dit que c’est une nouvelle expérience qui pourrait être sympa. On décide d’aller faire un visa pour partir en Chine d’ici quelques jours. Et là c’est le drame.

On arrive à l’ambassade, il y a  un guichet spécial Français. Oui on a un traitement privilégié. Il nous faut plein de papier, on pose 15 000 questions à la guichetière pour être SURS qu’elle nous accode le visa si jamais on prenait nos billets. La réponse est OUI pas de souci. Parfait, on court acheter nos billets, on fait les photocopies de tout (je vous passe les détails, la sueur, l’énervement, le stress, l’argent gaspillé…) et on arrive 5 min avant la fermeture du guichet. Et là, la fille nous dit : vous n’avez pas de carte de résident coréen ? Bah non, on est touriste ! Vous avez déjà été en Chine dans les 2 ans ? Bah non c’est pour ça qu’on veut un visa. Bon, on ne peut pas vous donner de visa alors….. >< J’ai failli lui écraser sa face contre la vitre (désolée pour cet égarement). Bon là on a le pire scénario, on a payé pour 800 euros de billets, on est bloqué à Séoul, c’est la fête du string à paillettes.

Donc sachez amis français, en voyage en Corée, si vous voulez un visa chinois.

> Soit vous avez une carte de résident coréen

> Soit vous avez déjà été en Chine dans les 2 ans précédents

> Sinon c’est mort, sauf si vous les menacez peut-être mais bon c’est la Chine et on avait pas envie de finir en prison.

Ah et sinon il pleut tous les jours.

Voilà, y’a des semaines comme ça, on ne sait pas encore quoi faire, on réfléchit, enfin on essaie. On pense avant tout à notre travail et à notre moral, l’éventualité de rentrer en France un peu avant nous effleure l’esprit, pour partir sur une note positive et arrêter les frais. Surtout ne soyez pas désolés pour nous, on sera super content de notre magnifique expérience, sauf que parfois il faut faire des choix intélligents et censés (oui on peut le faire).

On vous tient au courant !

EDIT : Merci Opodo, qui a bien voulu nous rembourser une partie de nos billets, ils ont été super sympas avec nos explications de visa chinois.

Blues
Corée du Sud, Outils et astuces de technomades

Le blues du voyage, vous connaissez ?

Depuis plus de 4 mois que nous sommes partis, nous avons eu des périodes de travail intensif, notamment lorsque nous étions au Cambodge ou en Thailande, puis des moments plus calmes, où l’envie n’était pas là, où les missions étaient moins récurrentes, où la famille vient rendre visite… Bref, un peu comme si on était à la maison ! Pourtant, loin de nos repères, de nos habitudes et de notre confort, il est parfois difficile de s’y remettre lorsque cela fait quelques temps qu’on a perdu la motivation. J’avais fait un article il y a quelques temps “Quand l’appel de la plage est trop fort“, il nous a permis maintes fois de nous y remettre. Ici je voulais plutôt traiter du “blues” qu’on peut avoir, quand on a envie de retrouver ses habitudes, son confort de travail. Ce blues à priori apparait souvent à la moitié du voyage, en en parlant avec d’autres voyageurs et c’est ce qui, bien souvent, s’est passé.

Nous avons passé 4 mois à bouger tout le temps, à voir de magnifiques choses, à rencontrer des gens et puis depuis 15 jours, nous sommes posés à Séoul. Tout à coup, c’est comme si le voyage n’avait plus de raison d’être (je parle pour moi là) et qu’en plus d’avoir perdu mes repères français, j’ai perdu mes repères de voyage. Nous avons trouvé un appartement, nous avons fait nos courses, nous sommes installés pour 1 mois et demi ici et pourtant je n’arrive pas à me motiver…

Avez-vous déjà connu ce blues de voyage ?

A priori, en en parlant avec d’autres personnes (plutôt des expatriés), c’est tout à fait normal, l’euphorie étant passé, on se pose de nombreuses questions sur l’intérêt du voyage et sur le fait d’être loin.

Alors comment faire pour passer ce cap ?

1) Relativisez, ce n’est qu’un cap comme son nom l’indique, cela va passer tôt ou tard.

2) Trouvez des activités à côté, forcez-vous à rencontrer du monde. Il y a pas mal de rencontres programmées sur des sites comme Meetup, ou alors allez voir les événements sur Wherevent.

3) Prenez soin de vous, ça fait plusieurs mois que vous êtes partis et si, comme nous, votre valise ne comporte plus que des tee-shirts en piteux états et des pantalons troués, il est peut-être temps de se faire un petit plaisir shopping non ?

4) Profitez-en pour vous poser et réfléchir à de nouvelles idées de business, n’oubliez pas que les voyages sont source d’idées !

5) Et n’oubliez pas la chance que vous avez, regardez les photos que vous avez déjà prises, ça va déjà mieux non ?

Un verre avec des amis et c'est reparti !

PS : je vous rassure, tout va bien maintenant. Il a fallu d’un week-end ensoleillé, de quelques copains coréens et de fromage pour retrouver le sourire :)

telephone-pola copy
Corée du Sud, Outils et astuces de technomades

Comment bien s’installer et travailler à Séoul ? #2 (le téléphone)

Rechercher un téléphone à Séoul

Après le logement, notre deuxième cheval de bataille c’est le téléphone, car il est toujours important d’avoir un numéro local pour appeler les hôtels, ses futurs connaissances ou encore se débrouiller dans la pampa. Jusque là nous n’avons eu aucun souci pour acheter une carte SIM locale, sauf qu’en Corée c’est plus compliqué. Le discours officiel est qu’aucune carte SIM n’est vendue à un étranger et que si le dit étranger veut appeler il peut louer un téléphone… Pas super pratique. Voici les différents moyens qui sont à votre disposition :

1) Location de téléphone dans un aéroport

Des téléphones peuvent être loués auprès de Incheon International Airport, Gimhae International Airport, Jeju International Airport, et Gwangju International Airport. Les deux compagnies qui louent des téléphones sont SK Telecom et  KTF.

- Tarifs : environ 3 000 wons la journée soit environ 2 euros avec une charge de 100 wons par minute (soit environ 0,70 cts)

- Compagnies : SK Telecom et KTF

- Moyen : vous repartez avec votre chargeur et le téléphone ainsi que du crédit pour vos appels. Un dépôt de garantie est la plupart du temps demandé.

 

2) Acheter un téléphone à un particulier

Nous avions trouvé la solution de récupérer le téléphone et la carte SIM d’un expat qui repartirait, mais finalement nous n’avons pas été jusqu’au bout de la démarche. Cela dit, ce peut être une bonne option à suivre sur Craiglist par exemple…

 

3) Location à un revendeur privé

Si vous allez dans certaines boutiques (notamment dans le quartier d’Itaewon là où il y a le plus d’étrangers), vous trouverez certainement de petites boutiques qui louent des téléphones. Les tarifs sont à peu près de 50 000 wons pour 20 jours + l’achat d’une carte “pay as you go” chez SK Telecom par exemple.

Dans tous les cas, sachez qu’il y a de fortes chances pour que votre téléphone personnel ne fonctionne pas en Corée. La législation est très carrée par rapport à cela et il sera difficile donc d’utiliser un téléphone ne provenant pas du territoire Coréen.

Sinon faites comme nous, utilisez les cabines téléphoniques, votre ligne SIP ou Skype :)

Connaissez-vous d’autres pays où il est difficile de trouver une carte SIM ?

chambre séoul
Corée du Sud, Outils et astuces de technomades

Comment bien s’installer et travailler à Séoul ? #1 (le logement)

 

Arriver dans un nouveau pays, surtout quand on a l’intention d’y rester un peu, n’a rien à voir avec le fait d’y passer des vacances. L’état d’esprit est différent car on souhaite chercher quelque chose pour du plus ou moins long terme, s’y sentir bien et avoir un minimum de confort. C’est ce que nous faisons en Corée du Sud, à Séoul plus précisément ! Après avoir passé 3 mois dans 4 pays différents, il était temps de se poser un peu et de profiter de la vie coréenne.

 

  • Rechercher un logement à Séoul

La première mission lorsqu’on arrive à Séoul, où dans n’importe quelle autre ville du monde, est de trouver un logement. Nous avons eu de la chance, nous arrivons l’été, les étudiants partent dans leur famille ou en vacances et proposent de nombreux logements au sous-location. Vous pouvez chercher votre prochain appartement parmi ces sites là :

Craiglist : site américain de petites annonces, très performant à Séoul (mais aussi partout dans le monde) au niveau des annonces de chambres et appartements en sous-location. Tous les jours, nous avions plusieurs annonces qui nous correspondaient.

Wimdu : vous êtes mis en relation avec les propriétaires de maison, appartement ou chambre, vous pouvez échanger des mails (mais toujours au sein du site, pas d’échange de mail direct) et moyennant des frais de transaction vous avez votre petit nid. Ce type de site est sécurisé dans la transaction, ce qui peut rassurer les plus frileux.

Airbnb : le principe de ce site est de mettre en relation des propriétaires d’appartement, de maison ou bien de chambre chez l’habitant. Un bon moyen pour passer les premières semaines, mais attention aux frais de transaction.

Roomaroma : même principe que Airbnb, vous recherchez un appartement ou une chambre, ce site vous permet d’être mis en relation avec les propriétaires (frais de transaction ici aussi) . Leur baseline est “Des logements de qualité pour des voyageurs perspicaces”, nous quoi :)

Forum locaux d’expatriés : ils ne sont pas à négliger car dans tous les pays vous trouverez une communauté française qui pourra vous donner des tuyaux sur l’installation et la façon de procéder pour les locations.

Nous allons essayer de faire une série sur “comment bien s’installer et travailler à Séoul”, mais cela pourra sûrement vous aider pour d’autres pays ! N’hésitez pas à nous transmettre des infos si vous en avez en complément de ces articles.

 

IMAG0463
Corée du Sud, Rencontres

Le Wine Tour des coréens

Hier, nous avons eu la chance de passer l’après-midi avec des amis d’un ami coréen de Vincent (vous suivez ?). En fait, cet ami coréen avait prévenu Vincent que deux amis à lui étaient en train de faire un Wine Tour dans toute la France et avaient l’intention de passer dans le Médoc pour faire quelques dégustations. Nous avons donc proposé de les accompagner et de leur faire découvrir quelques vignes moins touristiques. Déjà nous avons eu un temps magnifique, en plus j’ai pu placer discrètement dans la conversation mon premier mot de coréen “Annyong Haseyo” soit bonjour. Désolée mais mon premier cours ne commençant que ce soir, disons que je n’avais pas encore les bases pour discuter correctement, tout s’est donc fait en anglais !

Les parents de Vincent ayant eu des vignes, nous avons pu aller dans une petite cave coopérative pour discuter avec de vieux vignerons prêt à parler doucement avec un bon accent du terroir (avec le beret aussi s’il vous plait, on aurait voulu en trouver un qu’on aurait pas pu le trouver !). Nous donc pu voir une grande partie des étapes des vendanges au Château Haut-Blaignan, depuis la récolte du raisin jusqu’à la première fermentation. Une super expérience car les vignerons ont été adorables, nous avons même pu goûter le vin en fermentation, un peu pétillant.

Il faut savoir plusieurs choses sur les coréens, enfin en tout cas ceux qui étaient là hier :

- Quand ils font les choses ils ne les font pas à moitié : en 20 jours ils vont découvrir la Champagne, le Rhône, le Médoc, le Beaujolais et la région de Tours, le tout en voiture de location.

- Le vin le plus prisé est le Bordeaux, peu importe s’il est bon le tout est qu’il ait un nom court pour être dit et retenu facilement. Résultat ceux dont ils se souviennent le mieux est Talbot et Pétrus, bon y’a pire… Mais heureusement nos deux amis ont pris des cours pour être sommelier résultat ils s’y connaissaient un peu.

- Ils s’émerveillent de tout et ça c’est sympa pour ceux qui font visiter, même notre appart et ma cuisine (j’ai fait des galettes bretonnes “represent the Bretagne”) ont eu des “wahouuuu” :)

 

Pour nous remercier, ils nous ont offert quelques présents comme une très belle boite en nacre de fabrication artisanale, un peu de Kimchi, une boisson aussi forte que la vodka (je ne me souviens plus du nom) et des nouilles coréennes ! Vivement qu’on soit en Corée pour qu’à leur tour ils nous fassent visiter de belles choses…