Browsing Category

Work in progress

9780230736443-01
Non classé, Work in progress

Entrepreneuriat Nomade

Il y a un mot que l’on voit de plus en plus, et notamment à l’étranger, c’est “NOMAD” (ou Nomade en français). Couplé au mot “Entrepreneuriat” cela donne des projets assez sympas que l’on retrouve par ci par là sur internet.

Aujourd’hui je vous présente “Around the World in 80 Trades” Episode 1 (partie 1, vous pouvez voir les autres sur Youtube si ça vous intéresse). Cette personne fait un tour du monde tout en essayant de trouver de nouveaux business à développer, selon son intuition, selon ce qui se présentera. De belles rencontres, des doutes mais aussi un grand challenge, comme on les aime !

Site-internet
Préparatifs, Work in progress

La création du site internet

Ce site nous aura coûté quelques week-end ! Nous travaillons tous les deux dans le web, mais aucun de nous n’est graphiste et c’est bien ce qui manquait à l’équipe… Malgré tout, de fil en aiguille, et étant donné que nous souhaitions faire ce site au maximum seuls (réduction de coût oblige), il commence à avoir “de la gueule”. Alors ok, il n’a pas d’animations dans tous les sens, des typos de fou et des visuels qui claquent mais en attendant, il est super pratique et c’est bien ce qu’on lui demande.
Parce que n’oublions pas de dans quelques mois nous serons loin et qu’il faudra le maintenir en place, y intégrer des articles, des photos et des vidéos. Alors autant avoir quelque chose qui tienne la route au maximum. Fait sur WordPress, nous sommes partis d’un template gratuit (avec les inconvénients que cela peut avoir) que nous avons un peu customisé, rien de folichon mais au moins les couleurs, l’arborescence et le logo.

Nous souhaitions apporter une dimension de partage à ce site, donc nous avons créé la rubrique “Trotter Advice” pour que vous puissiez nous donner des conseils ou des tuyaux sur les pays que nous allons traverser. Je suis partie du constat que souvent quand nous partons, nous lisons des guides, allons sur internet et demandons aussi beaucoup à notre entourage des conseils. Ce qui est dommage, c’est qu’au fur et à mesure du temps, on ne se souvient pas forcément des “spots” qu’on a vu, du super petit resto accueillant où on a mangé et lorsque le moment arrive de conseiller ses amis, nous n’avons que des choses floues à dire… Alors que ce sont souvent les conseils de nos amis qui priment sur tous les autres conseils non ? J’y pense parce que je vais beaucoup sur les forums en ce moment et je me dis qu’entre la pub qui s’y glisse, les faux-témoignages pour vendre une prestation et les gens qui râlent quoiqu’il se passe, finalement il est difficile de faire le tri en ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

Trotter Advice va permettre à vous, nos amis, nos contacts, aux personnes de passage sur le site, de nous donner votre avis personnel et vos conseils sur les destinations. Alors à vos claviers !

4128_normal
Work in progress

Do you speak martien ?

Je ne dis pas que mon anglais est proche de celui de Benny B (pour ceux qui s’en rappellent et je suis sûre que vous êtes nombreux, cachotiers…) mais quand même je sens qu’il va falloir s’y remettre.
L’anglais, on a beau dire, c’est quand même bien de le maitriser un poil pour communiquer avec autrui à l’étranger. Même si je parle parfaitement le langage des signes et le “moi vouloir manger”, je me dis que dans les coworking spaces ou avec d’autres entrepreneurs, il sera de bon ton de parler avec plus que des signes. Vincent n’a pas ce problème là, avec plus d’un an en Angleterre et avec sa formation d’informaticien où tout est écrit en anglais, ça roule. Mais de mon côté, mes 9 ans d’allemand m’ont plombé et l’anglais est resté à l’état de “One, little, two, little, three, little indian…”, c’est dire.

Comment s’y remettre ?

1) Mettre les sous-titres des séries en anglais.
Nous regardons pas mal de séries mais je mets les sous-titres en français, oui j’avoue. Alors pour passer au stade supérieur rapidement, il va être nécessaire de mettre les sous-titres en anglais histoire de s’immerger un peu plus dans l’anglais.

2) Arrêter de chanter en yahourt
Oui parce que bon, ça ne veut rien dire, il faut bien l’avouer et même si ça fait bien dans les soirées, si vous tombez sur un anglais, abstenez-vous. C’est comme à Bali quand on a voulu nous chanter “Les mots bleus” et qu’on a rien compris vu que c’était en yahourt, on a ri c’est sûr, mais on a rien compris. Le mieux est de regarder les paroles, en plus de comprendre la chanson que vous aimez bien, vous retiendrez certainement mieux le vocabulaire en chantant (ça c’est une astuce de Vincent qui a appris l’espagnol comme ça, et pourtant il sait dire plus de choses que corazon, mi amor et besamos…si si).

3) Commencer à parler comme Vandamme
Je me dis que c’est une technique comme une autre, si à chaque fois dans une phrase je mets un mot anglais peut-être qu’à la fin je réussirai à faire une phrase complète. Sans rire, le mieux est d’essayer de parler un peu anglais quand on peut, même si c’est pour parler à voix haute, tout seul, c’est déjà un bon début. Exemple : Where is the bread ? The bread is in the frigde.

4) Lire en anglais
Plus sérieusement, allez dans une librairie anglaise pour acheter quelques livres écrits en anglais et facilement abordables. Il y a notamment de très bonnes collections qui reprennent les Agatha Christie avec à chaque début de chapitre les mots clés que vous lirez dans les pages d’après. Un bon moyen pour accumuler du vocabulaire ni vu ni connu.
Pour les acharnés du web, dont nous faisons partie, il y a aussi de multitudes d’articles très intéressants en anglais, imprimez-les, lisez-les et entourez les mots que vous ne comprenez pas. Un coup d’oeil au dictionnaire et voilà.

5) Se lancer dans l’arène
J’aime beaucoup ce conseil car j’ai beaucoup de mal à l’appliquer :) Une fois en situation, lancez-vous, peu importe si vous faites des fautes, le principal c’est qu’on comprenne la globalité de la phrase. Quand un étranger vous parle, vous comprenez non ? Bien là c’est pareil, à priori, au bout d’un moment les personnes s’habitueront à votre accent français mi-horrible, mi-sexy pour commencer avec vous une conversation sympathique !

Courage !

PS : si un organisme d’apprentissage de l’anglais nous lit, n’hésitez pas à nous contacter hein, mon cas n’est pas désespéré je vous rassure !