Do you speak martien ?

Je ne dis pas que mon anglais est proche de celui de Benny B (pour ceux qui s’en rappellent et je suis sûre que vous êtes nombreux, cachotiers…) mais quand même je sens qu’il va falloir s’y remettre.
L’anglais, on a beau dire, c’est quand même bien de le maitriser un poil pour communiquer avec autrui à l’étranger. Même si je parle parfaitement le langage des signes et le “moi vouloir manger”, je me dis que dans les coworking spaces ou avec d’autres entrepreneurs, il sera de bon ton de parler avec plus que des signes. Vincent n’a pas ce problème là, avec plus d’un an en Angleterre et avec sa formation d’informaticien où tout est écrit en anglais, ça roule. Mais de mon côté, mes 9 ans d’allemand m’ont plombé et l’anglais est resté à l’état de “One, little, two, little, three, little indian…”, c’est dire.

Comment s’y remettre ?

1) Mettre les sous-titres des séries en anglais.
Nous regardons pas mal de séries mais je mets les sous-titres en français, oui j’avoue. Alors pour passer au stade supérieur rapidement, il va être nécessaire de mettre les sous-titres en anglais histoire de s’immerger un peu plus dans l’anglais.

2) Arrêter de chanter en yahourt
Oui parce que bon, ça ne veut rien dire, il faut bien l’avouer et même si ça fait bien dans les soirées, si vous tombez sur un anglais, abstenez-vous. C’est comme à Bali quand on a voulu nous chanter “Les mots bleus” et qu’on a rien compris vu que c’était en yahourt, on a ri c’est sûr, mais on a rien compris. Le mieux est de regarder les paroles, en plus de comprendre la chanson que vous aimez bien, vous retiendrez certainement mieux le vocabulaire en chantant (ça c’est une astuce de Vincent qui a appris l’espagnol comme ça, et pourtant il sait dire plus de choses que corazon, mi amor et besamos…si si).

3) Commencer à parler comme Vandamme
Je me dis que c’est une technique comme une autre, si à chaque fois dans une phrase je mets un mot anglais peut-être qu’à la fin je réussirai à faire une phrase complète. Sans rire, le mieux est d’essayer de parler un peu anglais quand on peut, même si c’est pour parler à voix haute, tout seul, c’est déjà un bon début. Exemple : Where is the bread ? The bread is in the frigde.

4) Lire en anglais
Plus sérieusement, allez dans une librairie anglaise pour acheter quelques livres écrits en anglais et facilement abordables. Il y a notamment de très bonnes collections qui reprennent les Agatha Christie avec à chaque début de chapitre les mots clés que vous lirez dans les pages d’après. Un bon moyen pour accumuler du vocabulaire ni vu ni connu.
Pour les acharnés du web, dont nous faisons partie, il y a aussi de multitudes d’articles très intéressants en anglais, imprimez-les, lisez-les et entourez les mots que vous ne comprenez pas. Un coup d’oeil au dictionnaire et voilà.

5) Se lancer dans l’arène
J’aime beaucoup ce conseil car j’ai beaucoup de mal à l’appliquer :) Une fois en situation, lancez-vous, peu importe si vous faites des fautes, le principal c’est qu’on comprenne la globalité de la phrase. Quand un étranger vous parle, vous comprenez non ? Bien là c’est pareil, à priori, au bout d’un moment les personnes s’habitueront à votre accent français mi-horrible, mi-sexy pour commencer avec vous une conversation sympathique !

Courage !

PS : si un organisme d’apprentissage de l’anglais nous lit, n’hésitez pas à nous contacter hein, mon cas n’est pas désespéré je vous rassure !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
myanmar
Myanmar ou pas Myanmar?

Sélectionner les pays où nous allons aller n'est pas une chose facile, il faut savoir éliminer, choisir, enlever puis finalement...

Fermer