Travailler et voyager ? Oui c’est possible… Le bilan

L’aéroport Charles de Gaulle, l’organisation “à la française” des files d’attente anarchiques pour les passeports, une personne qui demande “elle est où la file pour les handicapés” et le policier qui répond “je sais pas”… C’est sûr nous sommes bien en France :)

Et puis, le plateau de fromages servit avec le sourire, la chaleur des gens qu’on aime, les paysages si familiers, le sourire en voyant qu’on peut changer enfin de vêtements, le plaisir de découvrir la tonne de courrier (ou pas), retrouver ses affaires, se rendre compte que finalement on a besoin de peu de choses pour être heureux, voir sa maman avec une larme à l’oeil, se dire qu’on a encore 1000 projets.

Et puis penser à tous ceux qu’on a rencontrés, tous ceux qui ont fait que notre voyage a été magique, penser aux paysages si beaux, aux sourires si sincères, se dire qu’on a un monde vraiment beau, que c’est dommage ceux qui n’aiment pas voyager, se dire qu’on est bien différent quand on voit ce qu’il y a à l’extérieur de notre pays, de nos repères.

Et puis travailler dans un hôtel, affalé sur le lit, sur une table face à la piscine, dans un aéroport, pester contre la connexion internet, gérer les coupures de courant, apprécier d’avoir des clients qui s’adaptent à nos conditions, s’adapter aux conditions pas toujours faciles pour travailler, se dire qu’on a bien fait de prendre un ordinateur léger.

Et puis avoir les épaules qui pleurent à chaque fois qu’on remet le sac à dos, se sentir libre de faire ce qu’on veut, se sentir loin de tout, des problèmes, de la France, des cancans, des gens qui pinaillent pour pas grand chose, de ceux qui se croient au dessus de tout, respirer et se dire qu’on est bien là loin de tout et reprendre un cocktail.

Le voyage, notre voyage, c’est aussi bien du sourire, que des larmes, de l’idyllique et des galères, des arnaques et des gens inconditionnellement gentils et aidant, des rencontres fabuleuses, des gens qui font confiance.

A la question, c’est quoi votre pays préféré ? Impossible de dire, honnêtement chacun nous a apporté quelque chose dans des conditions de vie bien différentes :
> La Thailande : facile, accessible à tous, des paysages magnifiques, des gens souriants. Nous avons pu louer une maison pendant 3 semaines, tout confort !
> Le Laos : des rencontres formidables avec deux allemandes et un mexicain, des contacts qui perdurent encore, de bons moments de rigolade même s’il était très difficile de travailler dans ce pays (que nous avons quitté plus rapidement que prévu).
> Le Cambodge : un vrai coup de coeur, la chance de passer 10 jours dans un hôtel tout frais payé face à la mer, les temples d’Angkor, les sourires vrais, pas commerciaux, juste pour le bonheur de rencontrer l’autre qui vient de loin, pour voir ce pays qui a tant souffert.
> Le Japon : le choc visuel, le choc des cultures, un pays qui m’a tant fascinée avant et qui a rempli l’attente que j’en avais. Peu d’endroits pour travailler sereinement car au final le wifi tout le monde l’a sur son téléphone donc aucun intérêt à le mettre dans le café… Plus difficile pour nous de travailler !
> La Corée : un autre coup de coeur, pour les gens, les plus sympas d’Asie sans hésiter (alors vous imaginez !), des rencontres fabuleuses, une connexion internet ultra haut débit, on a adoré.

Bref, chaque pays nous a apporté quelque chose, on pourrait en parler pendant des heures…

Travailler et voyager ? Oui c’est possible, dans certaines conditions pour ne pas trop se fatiguer et galérer, on vous expliquera ça bientôt, dans un livre qu’on espère sortir très vite !

No Responses

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
buzz trotter
La semaine de la loose en Corée…

Après 4 mois et demi de voyage idyllique, voilà qu'en moins d'une semaine tout se casse la figure... Petit retour...

Fermer